Biographie

Née le 14 janvier 1979, Sophie Sciboz fait ses premiers pas dans la musique au sein du Petit Choeur d’Yverdon-les-Bains, sous la direction de Sylviane et Jean-Claude Homberger. Soprano lyrique, elle se forme à Lausanne auprès de Ioana Bentoiu, tout en travaillant comme aide-soignante en psycho-gériatrie pour financer ses études. En 2004, elle passe son diplôme d’enseignement avec mention Très bien. Lauréate en 2005 de la Fondation Nicati-de Luze, elle se perfectionne ensuite auprès de Hans-Peter Blochwitz et de Marie-José D’Alboni.

Choriste à l’Opéra de Lausanne de 2003 à 2009, mais désireuse d’explorer diverses facettes de la scène, elle se forme en parallèle au métier de comédienne avec Benoît Blampain. En 2008, elle interprète sous sa direction le rôle de Cornélie dans « La Mort de Pompée » de Corneille à l’Oriental de Vevey.

C’est pourtant dans la chanson qu’elle trouve réellement sa place. L’artiste romande sort successivement deux albums tout en se produisant sur des scènes intimistes de Suisse romande. Engagée et directe, Sophie Sciboz dévoile son univers de femme sans retenue et sans pudeur, tissant un lien fort et authentique avec le public, qui se reconnait dans ses textes. En 2015, elle est sélectionnée pour le stage de composition de la Médaille d’or de la Chanson à Saignelégier, organisé en collaboration avec Voix du Sud (Les Rencontres d’Astaffort).

En 2016, lors d’un stage d’écriture avec Blaise Hofmann, elle découvre une nouvelle forme d’expression. Son texte « Le raccourci » fait partie des créations sélectionnées pour la publication « Les 7 merveilles d’Yverdon-les-Bains » aux Editions de la Thièle. Sans fioriture, son écriture entre dans le vif de l’émotion et « prend aux tripes ». Pendant le confinement, privée de scène, l’auteure yverdonnoise lance un projet littéraire sur les réseaux sociaux. Le journal fictif « La quarantaine de Virginie », suivi quotidiennement par plus de 500 personnes en Suisse et à l’étranger, remporte un franc succès et les lecteurs en redemandent. Lors de la deuxième vague, c’est « A l’automne ramasser les instants plus vivants que jamais » qui voit le jour. Ses deux nouvelles font l’objet d’un projet de feuilletons radiophoniques soutenu par l’Etat de Vaud et la Commune d’Yverdon-les-Bains.

Mais l’artiste helvétique ne s’arrête pas pour autant de chanter. En 2020, elle se produit principalement lors de concerts privés et se voit régulièrement offrir des opportunités par la plateforme Dans l’Jardin, une démarche intimiste et humaniste qui lui ressemble. En février 2021, Klangbox lui commande une chanson pour la gagnante du concours de la Saint-Valentin organisé par la plateforme Dans l’Jardin. « Je crois que je ne ten veux pas », un titre écrit et composé par la Suissesse en à peine trois jours, livré en personne le 14 février, qui a su toucher le bénéficiaire, médecin au CHUV. Dans la foulée, Sophie Sciboz décide de passer en studio pour enregistrer ce nouveau titre et propose à Pascal Viglino d’y apporter sa touche musicale originale.

La reprise des concerts en 2021 lui permet de se produire en Suisse, en France et en Belgique, une tournée européenne qui confirme sa capacité à toucher les gens dans ce qu’il ont de plus humain. Son nouvel EP « Les vaches de mon frère et autres petits plaisirs » sortira en septembre 2022. Cinq nouveaux titres drôles et audacieux, dont les arrangements ont été confiés à Régis Savigny (F).

Parallèlement, Sophie Sciboz donne des cours de chant dans son studio à Yverdon-les-Bains. Elle a également été mandatée par diverses entreprises, dont la Maison Adler Joailliers à Genève, pour rédiger des storytelling.